La guerre des résistants biélorusses en Ukraine

17 photos

Le centre d’entraînement du bataillon Kastous-Kalinowski se trouve dans la banlieue ouest de Kyiv. Nommé en hommage au chef d’une insurrection biélorusse contre la Russie dans les années 1860, cette unité participe à la guerre en Ukraine grâce à l’impulsion d’un noyau dur de Biélorusses, pour la plupart engagés au Donbass depuis 2015. Incorporé à la Légion internationale ukrainienne et fort de plusieurs centaines de membres, ce bataillon combat l’armée russe aux côtés des Ukrainiens. Pour la majorité de ces volontaires, cet engagement n’est qu’un prélude à la libération du Bélarus.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Jan Schmidt-Whitley / Le Pictorium

    Le 30 avril 2022, banlieue de Kyiv (Ukraine). Les uniformes des membres du bataillon proviennent d’un peu partout, il n’existe pas vraiment d’unité. De même, chacun est libre d’apposer les blasons et emblèmes de son choix. Un sigle remporte un large consensus, et est devenu l’emblème officiel du bataillon : le Pahonie, qui fut le blason officiel du grand-duché de Lituanie ainsi que celui du Bélarus en 1918 puis bien plus tard, en 1991, à l’occasion des éphémères indépendances du pays. Le Pahonie biélorusse diffère légèrement du Vyst lituanien, mais l’essentiel reste identique : un guerrier conquérant chevauchant un cheval cabré, épée et bouclier à la main. Au Bélarus, le Pahonie est désormais interdit, symbole de l’opposition au pouvoir d’Alexandre Loukachenko, à la tête du pays depuis 1994.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 20 photos
par Sadak Souici (photos) et Théophile Simon (textes)
Portfolio — 16 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 9 photos
par Clément Marion

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — France
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal — France
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — France
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint