La guerre des résistants biélorusses en Ukraine

17 photos

Le centre d’entraînement du bataillon Kastous-Kalinowski se trouve dans la banlieue ouest de Kyiv. Nommé en hommage au chef d’une insurrection biélorusse contre la Russie dans les années 1860, cette unité participe à la guerre en Ukraine grâce à l’impulsion d’un noyau dur de Biélorusses, pour la plupart engagés au Donbass depuis 2015. Incorporé à la Légion internationale ukrainienne et fort de plusieurs centaines de membres, ce bataillon combat l’armée russe aux côtés des Ukrainiens. Pour la majorité de ces volontaires, cet engagement n’est qu’un prélude à la libération du Bélarus.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Jan Schmidt-Whitley / Le Pictorium

    Le 30 avril 2022, banlieue de Kyiv (Ukraine). Les uniformes des membres du bataillon proviennent d’un peu partout, il n’existe pas vraiment d’unité. De même, chacun est libre d’apposer les blasons et emblèmes de son choix. Un sigle remporte un large consensus, et est devenu l’emblème officiel du bataillon : le Pahonie, qui fut le blason officiel du grand-duché de Lituanie ainsi que celui du Bélarus en 1918 puis bien plus tard, en 1991, à l’occasion des éphémères indépendances du pays. Le Pahonie biélorusse diffère légèrement du Vyst lituanien, mais l’essentiel reste identique : un guerrier conquérant chevauchant un cheval cabré, épée et bouclier à la main. Au Bélarus, le Pahonie est désormais interdit, symbole de l’opposition au pouvoir d’Alexandre Loukachenko, à la tête du pays depuis 1994.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — France
À Paris, de jeunes exilés campent devant le Conseil d’État pour réclamer leur mise à l’abri
Depuis six mois, plus de trois cents jeunes exilés vivent sous les ponts à Ivry-sur-Seine. Alors que le froid s’installe, des associations alertent sur la situation de ces adolescents qui manquent de tout. Vendredi, ils ont dressé un camp devant les grilles du Conseil d’État pour faire entendre leur voix.
par Yunnes Abzouz
Journal — France
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Économie et social
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani