Portfolios

La révolte des jeunes Soudanais

20 photos

Depuis le coup d’État du 25 octobre 2021, les manifestations violemment réprimées se succèdent au Soudan. Forces vives de la contestation : la jeunesse et les femmes, pour qui le retour des militaires menace les acquis de la révolution de 2019.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Bastien Massa

    Pont reliant Bahri à Omdourman, 13 décembre 2021. Les habitants de Bahri traversent le Nil pour rejoindre Omdourman, lors de la septième journée de mobilisation contre le coup d’État militaire du 25 octobre. Ce jour-là, à l’aube, les forces de sécurité ont arrêté à leur domicile les principaux activistes et leaders politiques, mettant fin de facto au partage du pouvoir. Ce consensus entre civils et militaires s’appliquait dans le cadre de la transition démocratique mise en œuvre depuis la révolution de 2019.

    Le premier ministre, Abdallah Hamdok, ainsi que les membres civils de son cabinet sont assignés à résidence. Pendant près d’un mois, et malgré une répression généralisée, la jeunesse soudanaise descend massivement dans la rue pour demander le retour des civils et la libération du premier ministre. Mais le 21 novembre, après avoir conclu un accord avec le général Abdel Fattah al-Burhan, Abdallah Hamdok accepte de reprendre son poste, devenant un traître pour beaucoup de Soudanais.

    Aujourd’hui, les manifestants sont dans une impasse, pris en tenaille entre, d’un côté, les militaires qu’ils rejettent en bloc et, de l’autre, les principaux partis politiques, jugés inefficaces et corrompus. Actifs depuis la révolution pour promouvoir la démocratie et une construction collective du Soudan de demain, ces jeunes qui n’ont jamais fait de politique refusent pour le moment de rentrer dans l’arène. Parfois qualifiés d’idéalistes, ils demeurent la force vive de la contestation. Après avoir appris la politique dans la rue durant la révolution, ils sont prêts à tous les sacrifices pour construire l’avenir de leur pays.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Bastien Doudaine / Hans Lucas
Portfolio — 7 photos
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Portfolio — 13 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 15 photos
par Guillaume Binet / MYOP avec Sara Cincurova

À la Une de Mediapart

Journal — France
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Économie
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni