Les cheminots rêvent de 1995, les lycéens de Mai 68

Par

De gare de l’Est à la Bastille, le long du cortège contre la réforme de la SNCF, a soufflé ce jeudi 22 mars à Paris l’espoir d’un grand mouvement qui naît, prend, dure…  Puis tous les manifestants se sont retrouvés place de la Bastille, élèves, étudiants, fonctionnaires et cheminots. Notre reportage photo.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner
  1. Gare de l'Est, Paris. 22 mars 2018. Venus de toute la France, les cheminots lancent leur premier grand mouvement social de l'ère Macron. À partir du 3 avril, fait inédit, ils alterneront deux jours de grève, trois jours de reprise du travail pendant trois mois. Ils se disent « déterminés » à faire reculer le gouvernement qui veut réformer la SNCF par ordonnances et s’attaquer au régime spécial des cheminots.

  2. Les voisins belges – flamands et wallons – sont venus en force soutenir leurs collègues français. « Résistons ensemble à la libéralisation des services publics qui sévit partout en Europe. Ne laissons pas les politiciens et les médias à leur service nous attaquer », lance l’un d’entre eux.

  3. « Tous les présidents ont rêvé de faire sauter le statut des cheminots. Macron va faire de nous son obsession. Il va falloir tenir. »

  4. Pour Sophie, contractuelle depuis près de vingt ans dans l’Éducation nationale payée au Smic, ça ne fait aucun doute : « Macron veut nous faire la peau. Il s’attaque à tout le monde, les étudiants, les cheminots, les fonctionnaires, les retraités, les chômeurs, pendant que le CAC 40 engrange encore plus de bénéfices. » Elle ajoute : « Je vais avoir 50 ans le 25 mars. Je suis née trois jours après le début de Mai 68. J’espère que le mouvement va prendre. Il le faut absolument. »

  5. Jean, 50 ans, cheminot à Strasbourg, est venu manifester avec une centaine de camarades.

  6. Malien, Diawara (à droite), 57 ans, n’a pas le droit de vote. « Si je l'avais, Macron ne serait pas passé ! Jamais, je n’aurais voté pour lui », jure cet employé de la société Onet, un géant du nettoyage, sous-traitant de la SNCF. Avec ses collègues, ils soutiennent les cheminots. Eux-mêmes ont mené 45 jours de grève fin 2017 pour la dignité et de meilleures conditions de travail.

  7. Des huées, des sifflets, « collabo », « vendu », « fossoyeur des services publics ». Olivier Faure, nouveau patron du PS, a dû être exfiltré du cortège. Cela ne l'a pas empêché de retenter sa chance boulevard Magenta pour serrer quelques mains dans le carré de tête officiel. Le service d'ordre de la CGT l'a laissé passer. Mais il n'avait pas du tout l'air bienvenu. Aux médias, le député de Seine-et-Marne a martelé que même si on ne voulait pas de lui, il continuerait à manifester pour défendre les services publics. 

  8. Boulevard Magenta, Paris, 22 mars 2018.

  9. CFDT, Unsa, CGT, FO, SUD. Malgré les fractures, l'unité syndicale « cheminote ». Jusqu'à quand ?

  10. Place de la République, 22 mars 2018.

  11. Plusieurs centaines d'élèves et étudiants ont manifesté à Paris contre les réformes du bac et d'accès à l'université. Ils ont rejoint, les uns, le cortège des cheminots, les autres, celui des fonctionnaires, avant de tous converger place de la Bastille. 

  12. Boulevard Beaumarchais, 22 mars 2018.

  13. Place de la République, 22 mars 2018.

  14. Casse, canon à eau, gaz lacrymogène boulevard Beaumarchais, près de la Bastille, où des jeunes cagoulés ont affronté la police en marge du cortège des cheminots.

  15. Consternés, des cheminots contemplent les vitrines explosées boulevard Beaumarchais. « Tu vas voir, TF1 va parler que de ça et ces quelques casseurs auront réussi à casser notre mouvement pour le plus grand plaisir de Macron et du capital. » Un jeune, tout de noir vêtu, s'invite : « Une manif ordinaire n'a jamais provoqué de révolution. Nous, on est révolutionnaires. Alors on pète ! »

  16. Près de la Bastille.

  17. Place de la Bastille, convergence des luttes. 

  18. Place de la Bastille.

  19. Place de la Bastille, l'espoir d'un grand mouvement qui naît, prend, dure… « Un 95 bis », lance un cheminot, pas friand des commémorations de Mai 68. 

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale