Portfolios

«A notre âge, on n’y pense pas à la retraite»

20 photos

Quand on n’a pas vingt ans, la retraite peut relever d’un concept très abstrait. Nombre de lycéens, pourtant, se sont mobilisés jeudi. À Paris, Mediapart a suivi une bande de copains de lycée, partis du bar « Le Renouveau », remontés contre la précarisation de la société. Reportage photo.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Rachida El Azzouzi

    Zoé devrait changer de sac à dos tant il est usé mais elle n’y arrive pas. C’est un compagnon de route et de manifs sur lequel l’accompagnent sa mère, Mams, d’un « ptit bisou » et cette maxime : « La hiérarchie, c’est comme les étagères, plus c’est haut, moins ça sert. »

    Ce vendredi 5 décembre en fin de matinée, elle a des cernes énormes mais une énergie intacte malgré la nuit très courte pour bloquer des lycées parisiens à l’aube à l’aide de poubelles et de barrières de chantier avec sa copine Emma. Il est midi et elles ont marché plus d’une douzaine de kilomètres à pied dans le froid glacial lorsqu’elles retrouvent près de la gare de l’Est à Paris dans un café bien nommé, « Le Renouveau », leur bande de copains de lycée et de lutte. 

    La veille, où une dizaine de lycées ont fait l’objet d’un blocage ou d’une tentative de blocage, elles ont marché avec plus d’une centaine de lycéens spontanément dans les rues de Paris. Une de leurs copines a fini à l’hôpital, blessée par un véhicule de police qui lui a roulé sur le pied. 

    La manifestation contre la réforme des retraites démarre dans deux heures. Le café est bondé de manifestants en attente, des gilets jaunes, des pompiers, des infirmiers, des profs, etc. Elles commandent « le café le moins cher » et racontent, enthousiastes, les blocages du jour – Montaigne, Lavoisier, Sophie-Germain –, les « fafs » rencontrés sur le chemin (les fachos) qu’elles reconnaissent « au blouson de cuir, gants coqués, casques de moto et regard de haine ».

    Elles regrettent de ne pas avoir été plus nombreuses à bloquer les établissements, entre une dizaine et une trentaine selon les lieux, et pour l’immense majorité, tous issus de rangs lycéens et étudiants conscientisés, militants. 

    « Bah ! il n’y a plus de mouvement lycéen, tranche Solal, le seul majeur du groupe. Il est mort l’an dernier avec Greta Thunberg qui a fait disparaître la question sociale au profit de la question climatique. Regarde ce qui s’est produit en Tunisie après l’immolation d’un chômeur, une révolution, la chute d’un pouvoir et nous, que s’est-il passé après l’immolation d’un étudiant à Lyon ? Rien, à part quelques manifs ici ou là avec peu de mobilisation. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Bastien Doudaine / Hans Lucas
Portfolio — 7 photos
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Portfolio — 13 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 15 photos
par Guillaume Binet / MYOP avec Sara Cincurova

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Économie
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu'au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre
Journal — France
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes