Sénégal: quand la chimie détruit l’agriculture et les villages

16 photos

Première région minière du Sénégal, Thiès abrite l’une des plus anciennes industries du pays, les Industries chimiques du Sénégal (ICS). À une vingtaine de kilomètres alentour, les populations sont sévèrement touchées. Délocalisation, déversement de soufre sur la voie publique, rejet d’acide en mer et fuites de gaz sont le lot des habitants de la zone.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Pierre Vanneste

    Abords du site des Industries chimiques du Sénégal (ICS-Indorama), Darou Khoudoss, novembre 2018.
    Depuis 2014, l’entreprise indonésienne Indorama Corporation (fondée par Sri Prakash Lohia, active dans la brasserie, l’hygiène, le textile, la pétrochimie, la médecine, le bâtiment…) détiendrait entre 78 % et 85 % du capital des ICS.
    Cette industrie comprend une mine de phosphate qui s’étale sur quatre communes (Taïba Ndiaye, Darou Khoudoss, Méouane et Pire Goureye) et une usine de fabrication d’acide sulfurique et phosphorique pour la production d’engrais (à Darou Khoudoss) dans la région de Thiès, à 100 kilomètres au nord-est de Dakar. La quasi-totalité de la production de cet acide phosphorique est exportée. Une partie est néanmoins réservée pour le site de production d’engrais phosphatés de Mbao, situé dans la région de Dakar. Devenus indispensables à l’agriculture intensive, tant la production que l’utilisation d’engrais phosphatés sont extrêmement polluantes (ci-contre, la carte du territoire concerné).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 14 photos
par Maïté Baldi / Hans Lucas
Portfolio — 16 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 19 photos
par Natela Grigalashvili

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal — France
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — International
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Économie
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin