Sergii Radkevych et la révolution Maïdan

La révolution Maïdan qui a secoué l’Ukraine en 2014 était aussi artistique. Plongés dans un contexte politique sulfureux qui divisait pro-Russes contre pro-Européens et Américains – un affrontement qui a viré au bain de sang , des artistes ont accompagné le mouvement en prenant les pinceaux et les bombes pour peindre des muraux engagés et des hommages aux résistants dans l’espace public. Entretien inédit avec Sergii Radkevych alias Teck (né en 1987 à Lutsk), artiste émergeant qui évolue entre la rue et l’Église.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Maïdan. « Dans mes travaux, je m’intéresse principalement à la valeur de l’être humain. Lorsque je touche à un sujet politique, je fais très attention à faire en sorte qu’on ne puisse pas manipuler son interprétation », affirme Sergii Radkevych. En réponse aux assassinats de Maïdan – des snipers avaient tiré sur la foule le 20 février 2014, tuant 75 manifestants sur la place de l’Indépendance à Kiev (lire ici dans Mediapart) – l’artiste a peint une série d’icônes mortuaires aux corps en forme de cible et de cercueil. Il raconte : « J’ai commencé la série R.I.P après les trois premiers meurtres de manifestants pendant la révolution. C’était tellement douloureux que j’ai voulu jeter mes sentiments sur le mur. Maïdan, c’était une communion de la société : je n’avais jamais vu dans mon pays autant de gens qui s’entraidaient. Les temps étaient difficiles mais on essayait tous d'agir pour défendre nos idées. Cette période a eu une influence très importante sur ma peinture. Après la révolution, j’ai essayé de connecter mon expérience de l’art sacré avec la situation de mon pays. C’est essentiel de réagir avec la réalité que l’on vit aujourd’hui, en étant le plus honnête possible. » Quelle est la situation artistique aujourd’hui en Ukraine ? « Nous avons un gros problème avec le département de la culture et des institutions. Mais on a surtout pu voir une très forte activité de la scène artistique qui a aussi beaucoup progressé : cette année, plusieurs artistes ukrainiens ont créé de puissants travaux politiques et sociaux. Les problèmes que nous traversons nous offrent de meilleurs thèmes et de meilleures raisons de créer. La situation est mauvaise actuellement. Nous affrontons les mêmes problèmes au niveau du gouvernement : corruption, vol d’argent. Mais je crois en l’arrivée de jours meilleurs. »

Voir tous les portfolios