A Taïwan, la génération qui défie Pékin

Alors qu'à Hong Kong, la répression ferme les derniers parapluies de la révolte, on entend peu parler de Taïwan. Pourtant dans cette île grande comme la Belgique et deux fois plus peuplée, s'invente un mode de contestation dont l'acte fondateur a été, en mars, le « mouvement des Tournesols ». Une fronde qui porte ses fruits : aux élections municipales du 29 novembre, le Kuomintang (KMT), parti au pouvoir qui prône le rapprochement avec la Chine continentale, a subi une défaite historique. Depuis, le gouvernement a démissionné et le président Ma-Ying Jeou a quitté la tête du parti. Portraits de jeunes qui prétendent donner une leçon de démocratie à la grande Chine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Dans ce quartier commercial du centre de Taïpei, des flashmobs musicaux défendent la démocratie, effective depuis les années 1990, et la souveraineté de Taïwan, menacée par la Chine. À l'instar de la violoniste Agnès C.H. Lin et de son groupe, le nouveau visage de l'activisme taïwanais est joyeux et non violent.

    Textes et sons : Christine Bouteiller / Traduction: Mélanie Ferrand

    Taïwan, génération Tournesols (1) © Mediapart

Voir tous les portfolios