Une récolte des olives sous haute tension en Cisjordanie

15 photos

La récolte des olives est une période cruciale en Cisjordanie, où les oliviers représentent près de la moitié des surfaces agricoles. 100 000 familles en dépendent et l’olivier est un symbole de la résistance et de l’identité palestinienne. Cette année, la récolte s’est déroulée dans un climat extrêmement tendu, avec une recrudescence des attaques des colons israéliens. Face à ces attaques, des Palestiniens s’organisent pour soutenir les agriculteurs et les aider à aller sur les terres dans les zones à risque.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Anne Paq

    Cisjordanie, octobre 2022. Doha Asous, une agricultrice du village de Burin, récolte des olives sur ses terres situées à quelques centaines de mètres de la colonie israélienne Yitzhar. La colonie est connue pour être une des plus violentes de Cisjordanie. Doha affirme qu’elle ne peut travailler que sur environ un quart de ses terres familiales, le reste n’étant pas accessible à cause des colonies. Elle a appris à cultiver avec sa grand-mère et sa mère. « La récolte des olives est tellement importante pour le peuple palestinien. C’est une culture, et de nombreuses familles palestiniennes en dépendent, mais c’est aussi une tradition. Il y a un dicton arabe : “L’huile d’olive est le pilier de la maison” », explique Doha. Début novembre, lorsqu’elle s’est rendue sur ses terres proches d’une autre colonie, Doha a été attaquée par des colons, et le lendemain elle découvrira une quinzaine d’oliviers détruits.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié