A Vézelay, «la fête ne doit pas être réservée aux messes des scouts»

Par

Le 5 février, Maximilien Veyssière, 30 ans, comparaîtra devant le tribunal correctionnel d'Auxerre pour avoir tenté d'organiser une fête de village en septembre dernier à d'Asquins dans l'Yonne. Le village est situé non loin de Vézelay et de sa basilique classée au patrimoine de l’Unesco, à quelques pas du site où Richard Cœur de Lion a rejoint Philippe Auguste en partance pour la troisième croisade. Lui et son association avaient pourtant pris soin de choisir un terrain isolé au milieu des bois, éloigné de plusieurs kilomètres de la colline historique et touristique. Mais le préfet de l'Yonne a opposé un niet sans appel et fait évacuer la zone manu militari, suscitant l’incompréhension de la population, ulcérée par la démesure des moyens répressifs. Depuis, une dynamique de solidarité s’est créée.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Maximilien Veyssière, 30 ans, illusionniste. Trésorier de l’association organisatrice du festival (les “Frangins Frendleyks”), il souhaitait poursuivre la tradition festive des villages qui jouxtent le site, avec un festival artistique et musical mêlant cirque, théâtre, DJ. Rien à voir avec une techno rave :

    Maximilien Veyssière comparaîtra devant le tribunal d'Auxerre pour :

    • Travaux sur un site classé par l’Unesco sans en aviser l'administration (en fait deux trous de 2 m par 1,5 m sur 30 cm de profondeur dans les champs, qui devaient recueillir les excréments des toilettes sèches avant d’être rebouché après la fête, procédé généralement considéré comme plutôt écologiste).
    • Camping sur un site classé protégé par le patrimoine mondial de l’Unesco sans autorisation préfectorale.
    • Organisation d’un événement musical avec diffusion de musique amplifiée malgré une interdiction préfectorale.

Voir tous les portfolios