Vingt ans après les bombardements, l’avenir incertain du Kosovo

27 photos

Le 24 mars 1999, l’Otan lançait une campagne de bombardements aériens contre la Yougoslavie de Slobodan Milošević. Alors que les combats se généralisaient entre les forces de sécurité serbes et la guérilla albanaise de l’UÇK, un million de Kosovars prenaient la route de l’exil. Vingt ans plus tard, les plaies de la guerre ne sont toujours pas refermées, Albanais et Serbes vivent toujours dans des mondes séparés.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Rafael Yaghobzadeh

    Autrefois, il n’y avait pas de route. Seul un chemin de terre partait de la ville de Vushtrri pour gagner les collines de la Drenica, bastion historique du nationalisme albanais et fief de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK). D’un village à l’autre, on tombait parfois sur des checkpoints tenus par des miliciens en armes. Désormais, les routes sont asphaltées, mais les habitants ont quitté la région, espérant trouver une vie meilleure dans la capitale Pristina ou à l’étranger. Les champs sont laissés en friche. « L’agriculture ? Cela ne rapporte rien. Les semences et les engrais sont trop chers, et le Kosovo importe toute sa nourriture », expliquent des paysans réunis dans le petit café du village de Qirez. « Nous avons la liberté, mais pour le reste, rien n’a changé pour nous. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato

À la Une de Mediapart

Journal — France
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — France
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — France
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon