Crédit, estime de soi, partage : «s'approprier les concepts du néolibéralisme»

Pour desserrer l'emprise de la finance, les pouvoirs publics doivent cesser de promettre qu'ils vont nous protéger, et plutôt nous donner les moyens de peser sur les décisions des investisseurs. L'opposition au néolibéralisme passe par l'appropriation des concepts qui le définissent – crédit, estime de soi, partage. Entretien filmé avec le philosophe Michel Feher.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Le philosophe Michel Feher a participé activement à la critique des politiques d’immigration conduites durant la présidence de Nicolas Sarkozy. À l’issue d’une campagne présidentielle marquée par le rapprochement entre la droite et l’extrême droite, il reprend et précise certains aspects de sa réflexion en s’interrogeant notamment sur les causes du succès électoral rencontré par les discours xénophobes. À cette occasion, il développe une théorie de la condition néolibérale dans laquelle il cherche à caractériser la subjectivité propre à ce régime politique.
Un des axes importants de sa réflexion est la nécessité de « sortir du paradigme de la protection » : pour desserrer l’emprise de la finance, les pouvoirs publics doivent cesser de promettre qu’ils vont nous protéger, et plutôt nous donner les moyens de peser sur les décisions des investisseurs. À une époque où le thème de la protection bénéficie surtout à une droite qui le traduit en termes sécuritaires et xénophobes, il revient à la gauche de s’emparer de la notion de compétition : l’enjeu, aujourd’hui, n’est-il pas de rivaliser avec les marchés financiers ? Plus généralement, l’opposition au néolibéralisme passerait par l’appropriation des concepts qui le définissent – crédit, estime de soi, partage. Entretien filmé.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Politique
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
À l’air libre
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Libertés publiques
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
France — Politique
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc