Le rire indigné s'invente au Théâtre du Soleil

Par

Avec La Ronde de nuit, la troupe afghane Aftaab, accueillie jusqu'au 28 avril au Théâtre du Soleil qu'anime Ariane Mnouchkine, remet les consciences à l'heure. Le sort des réfugiés donne lieu à une farandole qui ramène à l'essentiel, l'humanité des déshumanisés, tandis que la force comique mène le bal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le fond de l’affaire fait frémir : France terre d’asile, ton asile est à terre. Ô patrie des droits de l’homme... à se faire voir ailleurs ! Toutefois, la forme du spectacle provoque l’enjouement voire l’hilarité. Partir d’une révolte morale ; user de la distance subversive du burlesque ayant fait ses preuves d’Aristophane à Labiche ; aboutir à un désir d’avenir fraternel. Tel est le mouvement de La Ronde de nuit, spectacle de deux heures présenté, jusqu’au 28 avril, par la troupe Aftaab de Kaboul, au Théâtre du Soleil sis à la cartoucherie du bois de Vincennes.