Yves Bonnefoy, vie et mort d’un poète existentiel

Par

Yves Bonnefoy n’avait pas besoin d’entrer dans la Pléiade pour faire figure, de son vivant, de classique de la poésie de langue française. Comme nulle autre en son temps, son œuvre plonge ses racines dans les pensées de l’existence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était un adieu anticipé de quelques semaines seulement. Yves Bonnefoy vient de mourir, à Paris où il était hospitalisé, à l'âge de 93 ans. Pour le plus émouvant des saluts à ses lecteurs (simple et vrai donc, à ses yeux), il avait intitulé le dernier livre de poèmes paru de son vivant, au mois d’avril de cette année, Ensemble encore. Et à dire « vrai » comme le poète, il n’est pas de plus belle incitation que ce livre de paroles – comme on dit livre d’images – à la redécouverte d’un des rares contemporains, depuis la mort de René Char, dont la renommée dépasse les milieux de la poésie.