Débranchons l’Académie française

Par

Les académicien·ne·s n’ont de cesse de torpiller depuis plus de trente ans toute évolution égalitaire du français. Le haro sur l’écriture inclusive est leur dernier et stérile combat, explique Éliane Viennot, professeure de littérature et historienne, auteure de Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin !.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Éliane Viennot, professeure de littérature et historienne, auteure de Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin !, déplore que l’Académie française enfourche un nouveau cheval de bataille : la lutte contre l’écriture inclusive. « Elle fait une nouvelle fois la preuve de sa flagornerie, de sa détermination à contrecarrer la marche vers l’égalité, et surtout de son incompétence », écrit-elle dans une tribune publiée dans Libération. La professeure retrace les faits d’armes antérieurs des membres de la « Vieille Dame du Quai Conti », à 100 % masculine durant trois cent quarante-cinq ans, qui n'ont eu de cesse de s'indigner contre toute tentative analogue de mettre en avant une parité linguistique.