Kate Tempest, Londres en rimes et en rêves

Par Sophie Ehrsam (En attendant Nadeau)

Grâce à la traduction de son premier ouvrage poétique et de son premier roman, la jeune auteure est désormais accessible au public francophone. Forte de deux albums où elle chante « la détresse d'un peuple qui a oublié ses mythes », elle scande sa poésie avec une intensité incendiaire.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'univers de Kate Tempest est peuplé de laissés-pour-compte et de paumés, habités de promesses fanées ou de ferveur aigrie. Les « nouveaux anciens », les héros de notre temps, ce sont eux, « coincés pour toujours entre le pitoyable et l'héroïque ». Tous viennent de familles qui n'ont rien à envier aux Atrides. Écoute la ville tomber déploie à plus grande échelle les écheveaux dynastiques de la fresque poétique Les nouveaux anciens. Becky, Harry et Leon, les personnages en cavale du début du roman, ont des vies difficiles mais également un héritage complexe que le lecteur découvre au gré des méandres du récit. L'histoire de l'Angleterre qui se débat avec le souvenir des guerres et des colonies, avec des attitudes patriarcales, nationalistes, intolérantes, qui ont la vie dure.