De Gaulle au fil de l'effaceur

Par
Les Mémoires de guerre de Charles de Gaulle seront au programme des terminales littéraires en septembre. Un collectif de professeurs s'insurge: ce n'est pas de la littérature mais de l'histoire, gardons-nous de la politique, non à l'homme qui a dit non! Petite correction en forme de parti pris à l'usage des pédagogues regimbeurs...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce journaliste était en classe de sixième à la mort de Charles de Gaulle, au mois de novembre 1970. Le ministre de l'Éducation nationale, Olivier Guichard, avait demandé que fût lu, dans les établissements scolaires, l'Appel du 18 juin. La professoresse de français, revêche et fière de ses œillères progressistes, prit soin de bâcler l'affaire avec une ostentation plutôt rogue que rouge.