Donald Trump, entre réalité et fiction

Par

Le documentariste Michael Moore n’est pas le seul à avoir prédit l’élection de Donald Trump : les Simpson aussi. Au-delà de l'effet de gag (tragique), la quête frénétique de préfigurations de Trump dans la pop culture américaine répond à une triple nécessité : comprendre d’où le phénomène vient, imaginer où il va, essayer de le combattre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Darth Vader (Dark Vador en v. f.) : le héros du côté obscur de la force dans la saga Star Wars est l’un des modèles que le futur haut conseiller et chef de la stratégie à la Maison Blanche, Steve Bannon, a donné pour expliquer ses positions, dans un entretien au Hollywood Reporter du 18 novembre. Bannon y associe ce sombre personnage avec d’autres figures du mal en un assemblage incongru (Dick Cheney, Satan), qui vise à vanter les vertus des ténèbres et du pouvoir. Cette posture de provocation, cette surenchère grotesque et effrayante a été la marque de fabrique de la campagne de Trump ; on dit même qu’il l’aurait théorisée, expliquant dans son livre – The Art of the Deal, écrit par Tony Schwartz – qu’il faut pratiquer une sorte d’« hyperbole véridique », « une forme innocente d’exagération », car c’est une « forme très efficace de promotion ».