Lise Wajeman

Lise Wajeman enseigne la littérature comparée à l'université d'Aix-Marseille. Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • De Z à A: «Civilizations» de Laurent Binet

    Par

    Dans Civilizations, Laurent Binet renverse le cours de l’histoire : ce ne sont pas les Européens qui découvrent l’Amérique, mais les Amérindiens qui découvrent l’Europe. Cette joyeuse parodie qui veut promouvoir un autre monde possible ferme pourtant l’horizon.
    Avec ce roman, nous commençons notre série de chroniques sur la rentrée littéraire.

  • Citrouillez citoyens!

    Par

    À vos stylos ! Les éditions Pontcerq rééditent un vigoureux pamphlet de Sénèque contre l’empereur Claude et lancent « le plus grand concours de satire ménippée jamais organisé : il est ouvert aux écrivains chevronnés comme aux gratte-papier débutants ». Un citrouillage en règle « des chefs et cheffes en exercice – ou mieux même – fraîchement éliminés du pouvoir ». La matière ne manque pas.

  • «Contre le théâtre politique» (mais à sa rencontre)

    Par et

    Le chercheur et spectateur Olivier Neveux s’en prend au conformisme d’un théâtre qui se croit politique quand il n’est que policé ou routinier. Un texte qui ne résout pas tous les problèmes qu’il soulève, mais oblige à se positionner face à la production scénique actuelle.

  • «Histoire de la colonne infâme», ou comment faire face à la peste du mal

    Par
    José Casado del Alisal, « Décapité pendu par les cheveux » ; étude préparatoire pour « La Légende du roi moine », c. 1880. Château de Villandry. © Château de Villandry José Casado del Alisal, « Décapité pendu par les cheveux » ; étude préparatoire pour « La Légende du roi moine », c. 1880. Château de Villandry. © Château de Villandry

    À Milan en 1630, des hommes sont accusés d’avoir volontairement répandu la peste : ils sont atrocement torturés et mis à mort ; une colonne est érigée pour marquer leur infamie. Deux siècles après, Alessandro Manzoni, le plus célèbre romancier italien du XIXe siècle, contre-enquête.

  • La littérature en quête de réel: «Un nouvel âge de l’enquête», de Laurent Demanze

    Par

    Avec Un nouvel âge de l’enquête, le chercheur Laurent Demanze saisit et étudie un tournant dans la littérature contemporaine, qui cultive une « passion du réel » à l’articulation des sciences sociales et de l’imaginaire. Car il est temps de comprendre que la littérature n’est pas enfermée dans une tour d’ivoire, elle bat le pavé.

  • Charles Manson se met à nu pour mieux nous plaire

    Par

    Dans Charles Manson par lui-même, qui sort ce jeudi, le gourou psychopathe condamné pour une série d’assassinats perpétrés en 1969 raconte sa vie. Mais sa version de l’histoire, celle d’un petit délinquant épris de liberté, a tous les airs d’un ultime tour de passe-passe. Quand le document, le témoignage, devient un moyen retors de séduire le lecteur.

  • Du geste qui soigne au geste qui tue: «La Vache», de Beat Sterchi

    Par
    Rembrandt, "Le Boeuf écorché", 1655 Rembrandt, "Le Boeuf écorché", 1655

    L’unique roman de l’écrivain suisse allemand Beat Sterchi est un chef-d’œuvre qui nous mène de l’étable à l’abattoir. En chroniquant la vie d’un ouvrier immigré.

  • «Cherry» de Nico Walker: le best-seller d’un vétéran, toxicomane et braqueur

    Par
    capture-d-e-cran-2019-04-08-a-19-23-40

    Nico Walker a écrit Cherry en prison : le roman raconte sa propre histoire, celle d’un jeune engagé américain envoyé se battre en Irak ; à son retour aux États-Unis, il plonge dans l’héroïne et devient braqueur de banque : « Peut-être que si je m’étais fait tuer on aurait gardé de moi le souvenir d’un mec bien. » Mediapart a pu s’entretenir avec l’auteur, détenu dans le centre pénitencier du Kentucky.

  • Face aux textes qui tuent

    Par

    La question de la republication des pamphlets antisémites de Céline, qui avait suscité la polémique l’année dernière, ne doit pas être considérée comme une affaire pour savants et abscons débats ; car ces textes ont pour enjeu des questions de vie ou de mort. L’abject manifeste de l’auteur des attentats de Christchurch et la réédition d’un opuscule dénonçant l’antisémitisme de Céline en 1938, Céline en chemise brune, viennent nous le rappeler.

  • Le féminisme aussi peut servir l’oppression

    Par

    La journée du 8 mars est désormais la journée de la grève des femmes, depuis des mouvements lancés il y a deux ans en Espagne et en Italie. Retour sur trois publications féministes qui sortent de la stricte problématique de genre : Féminisme pour les 99 %, de Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya et Nancy Fraser, Un féminisme décolonial, de Françoise Vergès, et Mes bien chères sœurs, de Chloé Delaume.