Lise Wajeman

Lise Wajeman enseigne la littérature comparée à l'université d'Aix-Marseille. Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Charles Manson se met à nu pour mieux nous plaire

    Par

    Dans Charles Manson par lui-même, qui sort ce jeudi, le gourou psychopathe condamné pour une série d’assassinats perpétrés en 1969 raconte sa vie. Mais sa version de l’histoire, celle d’un petit délinquant épris de liberté, a tous les airs d’un ultime tour de passe-passe. Quand le document, le témoignage, devient un moyen retors de séduire le lecteur.

  • Du geste qui soigne au geste qui tue: «La Vache», de Beat Sterchi

    Par
    Rembrandt, "Le Boeuf écorché", 1655 Rembrandt, "Le Boeuf écorché", 1655

    L’unique roman de l’écrivain suisse allemand Beat Sterchi est un chef-d’œuvre qui nous mène de l’étable à l’abattoir. En chroniquant la vie d’un ouvrier immigré.

  • «Cherry» de Nico Walker: le best-seller d’un vétéran, toxicomane et braqueur

    Par
    capture-d-e-cran-2019-04-08-a-19-23-40

    Nico Walker a écrit Cherry en prison : le roman raconte sa propre histoire, celle d’un jeune engagé américain envoyé se battre en Irak ; à son retour aux États-Unis, il plonge dans l’héroïne et devient braqueur de banque : « Peut-être que si je m’étais fait tuer on aurait gardé de moi le souvenir d’un mec bien. » Mediapart a pu s’entretenir avec l’auteur, détenu dans le centre pénitencier du Kentucky.

  • Face aux textes qui tuent

    Par

    La question de la republication des pamphlets antisémites de Céline, qui avait suscité la polémique l’année dernière, ne doit pas être considérée comme une affaire pour savants et abscons débats ; car ces textes ont pour enjeu des questions de vie ou de mort. L’abject manifeste de l’auteur des attentats de Christchurch et la réédition d’un opuscule dénonçant l’antisémitisme de Céline en 1938, Céline en chemise brune, viennent nous le rappeler.

  • Le féminisme aussi peut servir l’oppression

    Par

    La journée du 8 mars est désormais la journée de la grève des femmes, depuis des mouvements lancés il y a deux ans en Espagne et en Italie. Retour sur trois publications féministes qui sortent de la stricte problématique de genre : Féminisme pour les 99 %, de Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya et Nancy Fraser, Un féminisme décolonial, de Françoise Vergès, et Mes bien chères sœurs, de Chloé Delaume.

  • «Nomadland» ou l’Amérique des seniors en quête d’emploi

    Par
    Linda et le «Squeeze Inn» (sa caravane), sous la neige au Hanna Flat Campground. © Jessica Bruder Linda et le «Squeeze Inn» (sa caravane), sous la neige au Hanna Flat Campground. © Jessica Bruder

    Ils ont cru qu’ils passeraient leurs vieux jours à siroter un jus de fruit en contemplant leur gazon bien taillé, ils se retrouvent à dormir dans leur van sur un parking de supermarché en attendant l’heure de l’embauche. Nomadland, de Jessica Bruder, est une enquête sur un pan encore méconnu de l’Amérique pauvre, les retraités itinérants à la recherche de jobs saisonniers.

  • Roxane Gay a faim

    Par
    8d77fceeae0f26250b09b2da064664c4

    Dans Hunger, la féministe américaine Roxane Gay raconte une « histoire de son corps et de sa faim ». Elle explore l’indiscipline de son corps obèse, entre honte et revendication.

  • Avec «La Guerre des pauvres», Eric Vuillard part à l’assaut

    Par
     © Reuters © Reuters

    En publiant La Guerre des pauvres, qui se penche sur une révolte du XVIe siècle, Éric Vuillard réfléchit le mouvement des « gilets jaunes ». Le nouveau livre du prix Goncourt 2017 opère une percée dans le passé pour mieux saisir le présent, et faire l’avenir.

  • Michel Houellebecq et Robert Menasse à la ferme

    Par

    « Adieu, veau, vache, cochon, couvée » : un peu comme chez La Fontaine, deux romans de la rentrée, Sérotonine de Houellebecq et La Capitale de Menasse, font de mésaventures agricoles des fables politiques, entre espoir et désespoir.

  • Alexander Kluge, mémoire d’éléphant

    Par
    Alexander Kluge. DR Alexander Kluge. DR

    1 200 pages × 2, et ce n’est qu’un début : de quoi accueillir la prose du monde. Chronique des sentiments, d’Alexander Kluge, est le plus beau des calendriers de l’avent – et de l’après : un kaléidoscope de courts récits, autant de fenêtres ouvertes sur le monde.