Héctor Tobar : «Il y a une ségrégation dans la littérature américaine»

Héctor Tobar, prix Pulitzer en 1992 pour sa couverture des émeutes de Los Angeles, est toujours journaliste au Los Angeles Times. Et aussi écrivain. Son dernier roman, le premier traduit en France, Printemps barbare, a la Californie pour cadre. Rencontre avec un écrivain engagé dans les mutations culturelles américaines.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Héctor Tobar est né dans une famille « où la littérature n'allait pas de soi » : une grand-mère illettrée, un père qui a arrêté très tôt sa scolarité et quitté son Guatemala natal pour tenter le rêve américain. Mais qui a encouragé son fils à lire, à écrire, petits cailloux d'une possible intégration dans ces « Estados Unidos de America, les États-Unis d'Amérique ». Né à Los Angeles en 1963, Héctor Tobar n'a pas oublié ce bilinguisme – son roman le plus récent, Printemps barbare, le premier à être traduit en français, est tissé de mots espagnols. Mais il revendique le statut d'écrivain américain et non latino-américain. « Il y a une ségrégation dans la littérature américaine, dit-il. Des distinctions presque étanches entre la littérature noire, la littérature latino et “littérature américaine” encore synonyme de white american literature, de littérature écrite par les Blancs. » Invité en France pour le Festival America – sous-titré pour ses 10 ans « écrivains du Nord au Sud, toutes les Amériques », mais où les auteurs des États-Unis ont accaparé l'attention –, il veut y voir le symbole du succès de cette ambition symbolisée par la présence d'« un mythe vivant » pour lui, Toni Morrison, « qui a contribué à abattre ces frontières ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Politique — Analyse
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Europe
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Diplomatie
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud
Écologie — Enquête
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia