Ah! Que la guerre froide était jolie!

Par et

Séries, films, livres, la guerre froide inspire. Ian Mac Ewan publie un vraix-faux roman d’espionnage, enjoué mais sérieux. Michel Deutsch a écrit, lui, un roman noir de l’après-Mur, aux échos profonds. Et tous deux, des histoires d’amour. Entretiens vidéo et extraits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Non, Ian Mac Ewan ne connaît pas The Americans – la vie d’un couples d’agents du KGB dans l’Amérique des années 1970-80 –, série dont la diffusion vient de s’achever en France, mais l’idée même le ravit. « Après les Magnificent five, Kilby, etc, les Américains considéraient les Anglais de haut : complètement infiltrés… Alors qu’ils l’étaient tout autant ! »