La Syrie d'aujourd'hui n'est pas l'Espagne d'hier

Par

La guerre d'Espagne est la mauvaise conscience de nos démocraties occidentales. En dépit des analogies, ne plaquons pas un tel passé sur l'actuel conflit syrien. La contrition s'avère mauvaise conseillère géopolitique : ne nous montrons pas dévastateurs pour ne plus nous croire cyniques ! Ni darwinisme diplomatique dont les peuples épris de liberté font les frais, ni logique de guerre passant, sur place, pour Reconquista...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une comparaison plane sur le champ de bataille syrien : la guerre d’Espagne (1936-1939). Dans les deux cas, une insurrection contre un pouvoir central devient un conflit messianique à l’échelle planétaire, attirant des volontaires internationaux, provoquant des exodes, annonçant une catastrophe pire encore, sous le regard éhonté des grandes puissances.