L'œil de Frederick Wiseman met le feu à la National Gallery

Par

Une plongée admirative mais sans concession dans les jeux de regards, de désirs et de transmission que suscite la National Gallery de Londres. Le documentaire de l'Américain Frederick Wiseman (sortie en salle ce 8 octobre) offre un rare moment d'intelligence empathique...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Frederick Wiseman, autant prévenir les ronchons hyper critiques, paraît plus proche de Baudelaire que de Bourdieu dans son appréhension de la Galerie nationale de Londres. Le documentariste américain s’avère prompt à capter « de purs miroirs qui font toutes choses plus belles », plutôt qu’avide de flétrir la reproduction sociale se perpétuant sous couvert d’amour de l’art – son film permet toutefois de nourrir une telle perspective.