Pepe Carvalho revisite Barcelone

Par Claude Grimal (En attendant Nadeau)

Pepe Carvalho, le plus célèbre des privés espagnols, revient parmi nous 17 ans après le décès de son « père » Manuel Vásquez Montalbán (1939-2003), inventeur du « polar méditerranéen ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Souvent les héros de fiction survivent à la mort de leurs créateurs. C’est particulièrement fréquent dans le genre policier et d’aventures. Ainsi Arsène Lupin, Hercule Poirot, Philip Marlowe, James Bond… ont-ils poursuivi une carrière littéraire plus ou moins longue et heureuse sous l’impulsion d’ayants droit avisés, qui se sont eux-mêmes parfois collés à la tâche en prenant la plume. L’épouse de Jean Bruce puis son fils et sa fille ont par exemple œuvré jusque dans les années 1990 pour maintenir en vie OSS 117, ajoutant 167 livres au corpus initial de 88, tandis que Patrice Dard, fils de Frédéric Dard, a réanimé San Antonio au fil de 22 romans.