Deux Corées, deux littératures irréductibles

Par Maurice Mourier (En attendant Nadeau)

Un pays coupé en deux, raconté en romans, essais et poèmes : voici une dizaine d'ouvrages qui s'intéressent  aux deux Corées, celle du Nord, totalitaire et méconnue, et celle du Sud, plus familière, parce que « libérale », mais tout aussi mystérieuse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Parmi les littératures venues d’Asie, après la japonaise, connue et appréciée en Occident dès la fin du XIXe siècle et les premières années de la révolution de Meiji (1868), et celle de Chine, qui a mis longtemps à faire connaître sa richesse contemporaine quand les textes classiques étaient lus et commentés depuis des siècles, c’est désormais la coréenne qui est de plus en plus traduite, sans toutefois pouvoir échapper à la singularité douloureuse de ce pays coupé en deux.