Vialatte gondole les planches d'Aubervilliers

Par

Sous le titre Résumons-nous, la semaine a été désastreuse, trois comédiens épatants donnent corps et âme aux chroniques d'Alexandre Vialatte (1901-1971). Le spectacle, lucidement drolatique, amplifie et magnifie l'esprit d'observation. À Aubervilliers, puis en tournée…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour cause de mort – naturelle –, Alexandre Vialatte n’écrira plus. Cela fait quarante-deux ans que persiste ce scandale. Une occasion de le réparer s’annonce, par le biais du théâtre. Quand vous lisez les chroniques, ciselées entre 1952 et 1971 par Vialatte pour La Montagne, le quotidien de Clermont-Ferrand et de ses incommensurables environs, vous croyez ces textes écrits de la veille. À les entendre sur scène, vous aurez l’impression qu’ils datent du jour-même : œuvres d’un pondeur d’exception, qui possédait la science courue mais rarement atteinte du calibrage.