La littérature sud-coréenne aspire à devenir une nouvelle vague

Par

On a tous entendu « Gangnam Style », cette chanson emblématique de la vague sud-coréenne, Hallyu, qui déferle sur le monde. Mais qui a déjà lu un livre coréen ? En mettant ce pays à l'honneur, le Salon du livre de Paris, qui se tient du 17 au 20 mars, offre l’occasion de découvrir une littérature ignorée, en quête de reconnaissance internationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela fait une vingtaine d’années maintenant que l’essor économique de la Corée du Sud ne passe plus seulement par l’exportation d’électronique, de voitures ou la construction de centrales nucléaires, mais aussi par le soft power des biens culturels : K-pop ; dramas – genre de telenovelas à destination du public asiatique ; cuisine – le bibimbap est à la mode… Si les films d’Hong Sang-soo sont programmés dans de nombreux festivals, la littérature sud-coréenne reste méconnue. Le Salon du livre de Paris, qui se tient cette année du 17 au 20 mars et place ses écrivains à l'honneur, permet d’ajouter un pays sur la planisphère littéraire. Quelques perspectives pour aller à sa rencontre.