De la «liberté d’offenser» à celle d’importuner?

Par

Pour étayer leur lettre parue dans le Monde et prônant la « liberté d’importuner », les 100 femmes signataires invoquent le philosophe Ruwen Ogien. Mais l’ont-elles compris ? Denis Ramond, docteur en science politique, met salutairement les choses au clair avec cette tribune parue dans Libération

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le nom d’Ogien sert ici à donner des airs progressistes au texte, écrit Denis Ramond. Comme il est fort douteux qu’un penseur aussi intègre ait soutenu une telle entreprise, il est sans doute utile de revenir ici sur ce qu’il entendait par “liberté d’offenser” (...). Car si le penseur, décédé l’année dernière, était bien un grand défenseur des libertés individuelles, il fondait toute éthique morale sur le fait ne de pas “nuire à autrui”. »