A Levallois, Patrick Balkany met l'art à la casse

Par

On ne lui connaissait pas encore ce petit côté taliban : Patrick Balkany est sur le point de faire détruire une œuvre d'art dans son fief de Levallois-Perret (92). Cinq panneaux de ciment gravé décorant une crèche collective, signés Boris Taslitzky (1911-2005). Visite guidée…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, les fonctionnaires municipaux ne se risquent pas à prendre leur courage à deux mains. Ils exsudent la peur. Comme s'ils avaient un canon de revolver braqué sur la tempe. Patrick Balkany, le maire du cru, n'aime pas la presse. Il a dû donner des consignes : son personnel oppose un motus et bouche cousue paniqué au journaliste de Mediapart venu aux renseignements. L'affaire s'avère pourtant culturelle, donc anodine, en cette ville où la figure de Néron semble plus proche de nous que celle de Malraux...