mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Mediapart dim. 1 mai 2016 1/5/2016 Édition de la mi-journée

Andreï Makine en défenseur de l'Autorité domptant le Peuple

22 janvier 2013 | Par Antoine Perraud

Andreï Makine, romancier de 55 ans, mystérieux, couvert de prix, plébiscité par le public et boudé par la critique bienséante, délivre à Mediapart sa vision du monde, légèrement soljenitsynienne, à l'occasion de la parution d'Une femme aimée (Seuil)…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Andreï Makine est un écrivain secret comme personne. Imaginons qu'il fasse un jour son entrée dans la “Bibliothèque de la Pléiade”. Ou bien il imposera une biographie fantastique, à l'instar de Saint-John Perse voilà quarante et un ans. Ou alors les exégètes dépêchés à ses trousses s'arracheront les cheveux : est-il né en 1957, sous le nom de Makine, en Sibérie, de parents ayant tâté de la paille humide du cachot soviétique, d'où une éducation entre un orphelinat et une grand-mère d'origine française lui ayant transmis la langue de Victor Hugo – c'est le thème du Testament français (triple prix Goncourt, Goncourt des lycéens et Médicis en 1995) ?