L’effet Unesco sur le développement local

Par

Par-delà la question des retombées touristiques et économiques de l’inscription d’un site sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, comment penser les effets d’une telle inscription sur le contenu et la portée des projets d’aménagement du territoire ?

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Chaque inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco relance le débat sur les retombées touristiques et économiques que permettrait l’obtention de ce prestigieux label. Mythe ou réalité ? Et si les effets positifs se trouvaient ailleurs ? Un détour par la préparation de ces dossiers de candidature, qui s’appuie sur une étude portant sur plusieurs sites français inscrits au cours des dernières années sur la liste du patrimoine mondial, permet d’éclairer certains aspects qualitatifs peu mis en avant dans les débats publics.

Si l’on s’intéresse tant aux retombées touristiques et économiques qu’induirait le label Unesco, c’est que la préparation d’un dossier en vue d’une inscription sur la liste ne vise plus seulement à protéger un patrimoine, mais tend à devenir un instrument de développement local. Les prétendants espèrent souvent que l’annonce de l’inscription, très médiatique, agisse en elle-même comme un vecteur de développement, surtout touristique.

La réalité montre cependant que celle-ci ne devient vraiment un outil de développement local qu’à travers le long et exigeant processus de préparation du dossier et la « mise en musique » d’un plan de gestion capable de fédérer la multiplicité des acteurs et des projets locaux.

La suite à lire sur le site de Métropolitiques.

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale