A Levallois, Patrick Balkany assure renoncer à mettre l'art à la casse

Par

Patrick Balkany va-t-il abjurer son petit côté taliban ? Il était sur le point de faire détruire une œuvre d'art dans son fief de Levallois-Perret (92) : cinq panneaux de ciment gravé décorant une crèche collective, signés Boris Taslitzky (1911-2005). Après que Mediapart eut soulevé ce lièvre, l'édile a promis de se raviser...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certes « les promesses n'engagent que ceux qui les entendent », comme disait feu Charles Pasqua, parrain politique de Patrick Balkany. Celui-ci donne le signal d'une marche arrière dans la destruction programmée d'œuvres d'art de Boris Taslitzky (1911-2005) ornant une crèche de Levallois-Perret (92). Suite à l'article de Mediapart (lire ci-dessous), qui rencontra un large écho – en particulier un sujet de Benoît Collombat sur France Inter le 19 août au matin –, M. Balkany a envoyé, dans l'après-midi du 19 août, un courriel à la fille de l'artiste, l'assurant qu'une solution serait trouvée pour déposer les œuvres de son père, qui ne seraient ainsi pas rasées avec la crèche promise à la démolition. Affaire à suivre...