Asma Lamrabet: «L’heure est venue d’une autocritique du rôle de la religion dans nos sociétés»

Par

Mosquées fermées, La Mecque vidée de ses fidèles… Une partie du monde musulman est confinée et coupée de ses pratiques collectives. Alors que débute ce ramadan sans précédent, entretien avec la théologienne marocaine Asma Lamrabet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La pandémie de Covid-19 met à l’épreuve les religions comme jamais, en interdisant les rassemblements collectifs. Pour la théologienne marocaine Asma Lamrabet, figure du féminisme musulman, mondialement connue pour ses travaux de réinterprétation du Coran et sur la place de la femme dans l’islam, c’est l’occasion de prendre conscience du « décalage existant entre un ritualisme excessif, parfois vidé de son essence et une éthique spirituelle le plus souvent invisibilisée par une religiosité formaliste ». Le ramadan, un pilier de l’islam, va se vivre confiné.