Un regard sur la déportation: la mort fut en ces trains

Par

Entre deux camps, celui d'internement et celui d'extermination, il y eut, entre 1942 et 1944, le chemin de fer. Un documentaire allemand en deux volets propose, ce mercredi 24 septembre sur Arte, une approche originale, comparative (Pays-Bas, France, Slovaquie), en partie manquée et pourtant passionnante à plus d'un titre. Ce travail recèle des questions primordiales et parfois un début de réponse : par exemple, les conditions d’aryanisation de la SNCF.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Arte propose, mercredi 24 septembre, un documentaire en deux volets, Terminus Auschwitz, dont le sujet passionne autant que déçoit sa réalisation. La question traitée, en forme de monographie quasiment médiologique, a de quoi renouveler notre regard, pourtant comblé, sur la Seconde Guerre mondiale et l’entreprise nazie de destruction des juifs d’Europe: comment fonctionna le rouage essentiel de la machine à produire de la déportation, le chemin de fer?