«Moi, Daniel Blake»: lui, Ken Loach et la peur de l’art

Par

Cela fait trop longtemps que les films de Ken Loach sont regardés davantage pour leur contenu politique que pour leurs propriétés cinématographiques. La sortie de Moi, Daniel Blake est l’occasion idéale pour inverser la tendance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.