Emmanuel Burdeau

Critique de cinéma. Ancien rédacteur en chef des " Cahiers du cinéma ". Critique pour " Mediapart " depuis 2010.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • «L’Île aux chiens», sans dessein animé

    Par
    1762962-jpg-r-1920-1080-f-jpg-q-x-xxyxx

    Sortie en salle de L’Île aux chiens : le nouveau film réalisé par Wes Anderson est aussi étourdissant dans son usage de l’animation en stop-motion que sa fable – une histoire de déportation canine sur une île poubelle de l’archipel japonais – semble politiquement courte.

  • Dominique Marchais, filmeur des communs

    Par
    « Nul homme n'est une île » de Dominique Marchais. « Nul homme n'est une île » de Dominique Marchais.

    Le « bon gouvernement » est-il encore possible ? Nul homme n'est une île, en salle ce mercredi 4 avril, documente des initiatives locales en Sicile, en Suisse et en Autriche. D'agrumes en artisanat du bois, Dominique Marchais construit un archipel cinématographique et politique.

  • Claude Debussy, «génie radical, franc comme l’or»

    Par
    Claude Debussy, devant la bibliothèque du compositeur Paul Dukas. Claude Debussy, devant la bibliothèque du compositeur Paul Dukas.

    On a célébré, il y a une petite semaine, le centenaire de la mort de Claude Debussy. À cette occasion, entretien sur pièces – concerts disponibles en ligne et extraits de films – avec le grand pianiste Philippe Cassard, debussyste de toujours, qui vient de publier chez Actes Sud un essai consacré au compositeur de Pelléas et Mélisande.

  • «Madame Hyde»: le coup de foudre de Serge Bozon

    Par
    5956449-jpg-r-1920-1080-f-jpg-q-x-xxyxx

    Sous couvert de transposer en banlieue L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, Serge Bozon offre une fable sur l’éducation, avec une Isabelle Huppert en professeure de sciences physiques transfigurée. Un beau film, à la fois direct et tordu, le meilleur de son auteur.

  • Wenders restauré, l’itinéraire retrouvé du ciné-fils

    Par
    Rüdiger Vogler et Hannah Schygulla dans « Faux Mouvement » (1974). Rüdiger Vogler et Hannah Schygulla dans « Faux Mouvement » (1974).

    Six films réalisés par Wim Wenders entre 1972 et 1982 sont à nouveau visibles en salle un peu partout en France, dans de superbes copies restaurées. Errance et citations, chansons et néons, paysages et aventures du cadre : retour sur la décennie majeure du cinéaste allemand.

  • Hong Sang-soo, la caméra (de Claire) et l’écrit (des autres)

    Par
    Isabelle Huppert et Kim Min-hee dans « La Caméra de Claire » Isabelle Huppert et Kim Min-hee dans « La Caméra de Claire »

    La sortie de La Caméra de Claire, nouveau film de Hong Sang-soo, fait suite à la parution d’un ouvrage collectif sur son travail, aux éditions De L’Incidence. 

  • Cinéma: André S. Labarthe ou l’impertinence du hasard

    Par
    andre-labarthe-low3fuj

    Labarthe était cinéaste. Il était critique de cinéma. Il était écrivain. Il était joueur de pétanque. Il était bien d'autres choses. En particulier et peut-être avant tout, il était un personnage. Ou disons plutôt une création, la sienne. Il est mort lundi 5 mars à 86 ans. 

  • «L’Insoumis», portrait serein d’un Mélenchon serein

    Par
    Jean-Luc Mélenchon dans « L’Insoumis ». © DR Jean-Luc Mélenchon dans « L’Insoumis ». © DR

    Le cinéaste Gilles Perret a suivi le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon lors des derniers mois de la campagne présidentielle de 2017. Résultat : un portrait dont l’empathie assumée n’empêche pas que se glissent quelques interrogations.

  • «Phantom Thread»: le comble de l’excellence

    Par
    Vicky Krieps et Daniel Day-Lewis dans « Phantom Thread ». Vicky Krieps et Daniel Day-Lewis dans « Phantom Thread ».

    Reynolds Woodcock est un grand couturier anglais. Parfait, trop parfait. Comment parler de la perfection lorsqu’on l’a autant en adoration qu’en horreur ? Paul Thomas Anderson livre un essai de réponse avec Phantom Thread, huitième film secrètement torturé. Le dernier de Daniel Day-Lewis.

  • «Baron Noir» saison 2: cinquante nuances moins claires

    Par
    François Morel est Michel « Mélenchon » Vidal dans la deuxième saison de « Baron Noir ». François Morel est Michel « Mélenchon » Vidal dans la deuxième saison de « Baron Noir ».

    La diffusion sur Canal + de la seconde saison de « Baron Noir » s’achève lundi soir. Toujours passionnante, la série d’Éric Benzekri et de Jean-Baptiste Delafon, où François Morel interprète cette fois un double de Jean-Luc Mélenchon aux côtés de Kad Merad, peine à trouver le bon rapport entre fiction, politique et politique-fiction.