Emmanuel Burdeau

Critique de cinéma. Ancien rédacteur en chef des " Cahiers du cinéma ". Critique pour " Mediapart " depuis 2010.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Avec «En liberté!», Pierre Salvadori bonifie son art de la comédie

    Par
    Pio Marmaï et Adèle Haenel, dans "En Liberté !". Pio Marmaï et Adèle Haenel, dans "En Liberté !".

    Retour en salle du champion de la comédie française. En liberté !, le nouveau film de Pierre Salvadori, flirte avec le genre policier pour s’interroger sur les rapports entre le mensonge et la violence, entre les quiproquos et les coups, entre la justice et la fable. Le sujet est aussi grave que le film est drôle, aussi casse-gueule que celui-ci est réussi. 

  • Eric Rochant conte la fabrique de son «Bureau des légendes»

    Par
    Éric Rochant sur le tournage du « Bureau des légendes ». © © Stéphanie Branchu / Top the Oligarchs Productions / Canal+ Éric Rochant sur le tournage du « Bureau des légendes ». © © Stéphanie Branchu / Top the Oligarchs Productions / Canal+

    La quatrième saison du Bureau des légendes démarre ce lundi sur Canal +. Entretien avec son créateur, Éric Rochant, qui explique comment il a procédé, en termes de rythme, de choix des réalisateurs et des acteurs, pour donner naissance à cette merveille de la télévision française.

  • «Better Call Saul»: décrochez, c’est le bon numéro

    Par
    Quatre images de la saison 4 de « Better Call Saul ». Quatre images de la saison 4 de « Better Call Saul ».

    La quatrième saison de Better Call Saul arrive à son terme. Jimmy McGill n’est toujours pas devenu Saul Goodman, l’avocat corrompu découvert dans Breaking Bad. Une chose est pourtant claire : cette série créée par Vince Gilligan et Peter Gould est la meilleure de celles qu’on peut voir en ce moment.

  • «Un peuple et son Roi»: Pierre Schœller et les chaleurs de l’Histoire

    Par
    Adèle Haenel dans "Un peuple et son Roi". Adèle Haenel dans "Un peuple et son Roi".

    Sortie en salle du troisième long métrage, très attendu, de Pierre Schœller. Un peuple et son Roi va de la prise de Bastille à la mort de Louis XVI. Un trajet simple, et connu, pour un film qui est tout l'inverse : complexe, inédit, inégal.

  • «L’amour est une fête» est une fête

    Par
    Une image de « L'Amour est une fête » : au centre, Michel Fau. © Mars Distribution Une image de « L'Amour est une fête » : au centre, Michel Fau. © Mars Distribution

    Sortie en salle de L’amour est une fête, quatrième long métrage de Cédric Anger. Du polar au porno, en passant par la comédie, le cinéaste mélange les genres pour, au bout du compte et contre toute attente, saluer le cinéma lui-même.

  • «Première année»: le mal par le mal

    Par
    Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil. Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil.

    En salle depuis mercredi 12 septembre, Première année est le troisième film consécutif de Thomas Lilti sur la médecine. Deux étudiants affrontent l’épreuve fatidique du numerus clausus. Charge contre le formatage ou au contraire éloge trop bien calibré de la réussite scolaire ? Tentative de diagnostic.

  • La Mostra consacre le cinéma selon Netflix

    Par
    Sur le tournage de «Roma». © DR Sur le tournage de «Roma». © DR

    Coup de tonnerre : le Lion d’Or de la Mostra de Venise vient d’être attribué, pour la première fois, à un film produit et distribué par la plateforme de streaming américaine. De quoi fâcher les exploitants de salles, qui s’obstinent à croire que les deux sens du mot cinéma – le lieu, la discipline – restent superposables.

  • Josef von Sternberg restauré: retour à «Anatahan»

    Par
    Akemi Negishi dans « Anatahan ». Akemi Negishi dans « Anatahan ».

    Longtemps invisible, le dernier chef-d’œuvre de Josef von Sternberg ressort enfin en version restaurée. Anatahan raconte l’histoire du monde sur une petite île du Pacifique où des soldats japonais s'entretuent pour une femme fatale. Il faut s’y ruer.

  • «BlacKkKlansman», l'humour noir contre le suprémacisme blanc

    Par
    Adam Driver et John T. Washington dans « BlacKkKlansman – J'ai infiltré le Ku Klux Klan ». © Universal Pictures Adam Driver et John T. Washington dans « BlacKkKlansman – J'ai infiltré le Ku Klux Klan ». © Universal Pictures

    Spike Lee signe son grand retour sur un sujet toujours brûlant : le racisme. À la fois comédie et pamphlet, BlacKkKlansman – J'ai infiltré le Ku Klux Klan veut tellement en dire qu’il en fait trop. Sauf, surprise, lorsqu’il traite d’un sujet à la fois autre et voisin, l’antisémitisme.

  • «Under The Silver Lake», voyage initiatique dans une cité des anges labyrinthique

    Par
    Andrew Garfield dans « Under The Silver Lake ». © Le Pacte Andrew Garfield dans « Under The Silver Lake ». © Le Pacte

    Sortie ce mercredi du troisième long métrage de l’Américain David Robert Mitchell. Boudé à Cannes, Under the Silver Lake lance un jeune homme désœuvré dans le dédale de Los Angeles. Rébus, nymphettes, refrains et messages secrets : un beau film sur les mystères et les charmes de la culture populaire.