Emmanuel Burdeau

Critique de cinéma. Ancien rédacteur en chef des " Cahiers du cinéma ". Critique pour " Mediapart " depuis 2010.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • A Cannes. Desplechin en mode redite

    Par

    Présenté à Cannes, Trois Souvenirs de ma jeunesse sort mercredi 20 mai en salles. Arnaud Desplechin revient: sur le passé de deux personnages de Comment je me suis disputé, Paul et Esther; et dans les pas de son propre cinéma. Un retour aux sources ? Une cure de jouvence ? Une redite, plutôt, qui invite à se demander dans quel cercle d'histoires aime à tourner le cinéma français.

  • A Cannes. « Louder than Bombs » se montre peu secouant

    Par

    Troisième long métrage du Norvégien Joachim Trier, avec Isabelle Huppert, Gabriel Byrne et Jesse Eisenberg. Qu'arrive-t-il au cinéma européen, lorsque passant aux États-Unis, il entend aussi parler de la mondialisation des images ? C'est la question du jour. La réponse n'est pas gaie.

  • « Mia Madre », le second souffle de Nanni Moretti

    Par
    Nanni Moretti et Margherita Buy, dans « Mia Madre » Nanni Moretti et Margherita Buy, dans « Mia Madre »

    Mia Madre sort le 2 décembre en salles. Où il est question d'une cinéaste qui tourne un film quand sa mère se meurt lentement à l'hôpital. Rires et larmes. Larmes surtout. Où est passé le Moretti d'antan, agressif et comique ? Disparu. Remplacé par un autre, plus mélo mais peut-être pas moins beau, à bien y regarder. Défense et illustration.

  • « The Lobster », le homard pince-sans-rire

    Par

    The Lobster, du Grec Yorgos Lanthimos, sort aujourd'hui en salle : un hôtel pour trouver l'amour ou être transformé en animal, des célibataires retirés en forêt, des usages mystérieux… En creux, ça parle bien sûr de la Grèce en crise, mais plus largement de sociétés prétendant avoir la main sur tout, y compris sur les affects.

  • « Birdman » : les effets super-réalistes d'Iñárritu

    Par

    Sortie en salle de Birdman d'Alejandro González Iñárritu, quelques jours après son triomphe aux Oscars. Une ex-star de Hollywood monte Raymond Carver à Broadway. Affres, rivalités, angoisses de la première. Le tout en un seul plan-séquence donnant à repenser les rapports entre théâtre et cinéma, à l'ère du tout numérique.

  • «American Sniper»: tours et retours de Clint Eastwood

    Par

    Mercredi 18 sort en France American Sniper, le nouveau film de Clint Eastwood. Immense carton aux États-Unis, le film y suscite également une vive polémique. Tentative d'y voir clair, en replaçant ce portrait du « sniper le plus redoutable de l'armée américaine » dans la double perspective de l'œuvre d'Eastwood et d'un cinéma contemporain dominé par le biopic.

  • Appelez-moi le chef !

    Par

    Lancement de Chefs sur France 2, avec Clovis Cornillac en grand cuisinier jusqu'au-boutiste. Une belle série française, précise et drôle : cela se fête. Et lancement sur AMC de Better Call Saul, spin-off très attendu de Breaking Bad. L'occasion de relancer notre « Série Séries » et d'un petit point sur l'état du genre, en France et aux États-Unis.

  • «Phoenix»: ruines de la guerre, renaissance de l'image

    Par

    Sorti le 28 janvier, Phoenix est le nouveau film de l'Allemand Christian Petzold, trois ans après le succès de Barbara. Toujours avec Nina Hoss, l'histoire d'un retour des camps, d'un visage reconstruit, d'une supercherie. Ou comment faire renaître l'image de ses cendres.

  • « Foxcatcher » : qui gagne perd

    Par

    Sorti le 21 janvier, Foxcatcher raconte une histoire vraie, celle du milliardaire John E. du Pont et des frères Schultz, champions de lutte libre. Après Truman Capote et Le Stratège, Bennett Miller continue de s'intéresser aux personnages de mentor et au thème de la victoire impossible. Et confirme qu'il est un des rares grands cinéastes américains apparus récemment.

  • « La Rançon de la gloire » : Beauvois salue Chaplin

    Par

    Une semaine après Abel Ferrara et Pier Paolo Pasolini, c'est au tour de Xavier Beauvois de rendre hommage à un grand cinéaste. Dans La Rançon de la gloire (en salle depuis le 7 janvier), l'auteur de Des hommes et des dieux raconte l'histoire des deux hommes qui, il y a trente-cinq ans, volèrent le cercueil de Charlie Chaplin. Derrière le fait divers, un bel autoportrait du cinéaste, placé sous le double signe de la profanation et du salut.