Emmanuel Burdeau

Critique de cinéma. Ancien rédacteur en chef des " Cahiers du cinéma ". Critique pour " Mediapart " depuis 2010.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • «Baron Noir», entre gris clair et gris foncé

    Par
    Kad Merad, dans « Baron Noir » Kad Merad, dans « Baron Noir »

    Manœuvres, coups bas et ambitions nationales : la réussite de la série française Baron noir, avec Kad Merad, Niels Arestrup et Anna Mouglalis dans les rôles principaux, tient à un curieux mélange de cynisme, de cruauté et de croyance intacte en la politique. 

  • Mikhaël Hers cisèle «Ce sentiment de l'été»

    Par
    cse-zoelawrencerooftopnycetal1-nordouestfilm-copie

    Sortie en salle du deuxième film, longtemps attendu, de Mikhaël Hers : Ce sentiment de l'été. Entre Paris, New York et Berlin : deuil, retrouvailles et ciel bleu. Un beau film dans le genre « français », à la fois délicat, triste et gai. Comme un anti-Desplechin.

  • Roschdy Zem réussit son «Chocolat»

    Par
    Omar Sy et James Thierrée, dans « Chocolat », de Roschdy Zem Omar Sy et James Thierrée, dans « Chocolat », de Roschdy Zem

    Roschdy Zem raconte le destin du premier artiste noir de la scène, qui, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, invente avec son acolyte George Footit le tandem du clown blanc et de l’auguste. James Thierrée et Omar Sy représentent à eux deux l'amour du spectacle et les formes paradoxales du racisme : une remarquable réussite dans le ciel sombre du cinéma commercial français.

  • «Made in France» et «Salafistes»: de la terreur à l'écran

    Par
    Une image de Made in France, de Nicolas Boukhrief Une image de Made in France, de Nicolas Boukhrief

    Sortie de deux films traitant du terrorisme islamiste : Salafistes, documentaire de François Margolin et Lemine Ould M. Salem, et Made in France, fiction de Nicolas Boukhrief. Deux films qui partagent un sort injuste et une question : comment filmer l'« ennemi » ?

  • «The Big Short»: le film d'Adam McKay rhabille la finance pour l’hiver

    Par
    Extrait de «The Big Short» adaptant un essai de Michael Lewis. Extrait de «The Big Short» adaptant un essai de Michael Lewis.

    Retour sur The Big Short : le Casse du siècle, sorti il y a un mois. L’adaptation réussie par le cinéaste américain Adam McKay du livre de Michael Lewis pose une question qui dépasse le cinéma : quelles images pour décrire, dire et dénoncer les méfaits de la finance ?

  • «Carol»: Todd Haynes et le grain de l'amour

    Par
    Extrait de « Carol » de Todd Haynes © DR Extrait de « Carol » de Todd Haynes © DR

    La passion de deux femmes à New York, au début des années 1950. Dix-huit ans après avoir raconté David Bowie, Todd Haynes filme la magie de la rencontre et l’amour comme un grain, un virus, une maladie de peau.

  • «Les 8 Salopards»: Tarantino et le sang de l'Histoire

    Par
    Kurt Russel et Jennifer Jason Leigh. Kurt Russel et Jennifer Jason Leigh.

    Huit hommes contraints par le froid de partager le même espace. Au milieu d'eux, une femme qu'on s'apprête à pendre. Le deuxième western de Quentin Tarantino ne ressemble pas au premier, Django Unchained : c'est son film le plus noir et le plus négateur, celui aussi où la répétition de sa manière prête le plus à malentendu.

  • A Cannes. Le trésor dérobé de Corneliu Porumboiu

    Par

    Présenté à «Un certain regard», Le Trésor de Corneliu Porumboiu remporte le prix «Un certain talent». Un riche aïeul, Robin des Bois, une cassette rouillée, deux pieds nickelés. Réflexion sur les profondeurs de l'Histoire ou sur les mirages de la surface ? Un beau film, le cinquième d'une œuvre déjà importante.

  • A Cannes. Une visite de Manoel de Oliveira

    Par

    Jeudi soir a été projeté dans le cadre de Cannes Classics le film « posthume » de Manoel de Oliveira, mort à 106 ans début avril. La Visite ou Souvenirs et confessions est un portrait de l'artiste en hôte de sa propre maison. Les enfants, la virginité, les arbres, le cinéma, l'histoire du Portugal. Le grand homme est toujours parmi nous.

  • A Cannes. Miguel Gomes, notre bon génie

    Par

    C'est à la Quinzaine des réalisateurs qu'ont été présentés Les 1 001 Nuits, trois films de Miguel Gomes s'inspirant de Shéhérazade pour raconter la crise portugaise. Fiction, documentaire, turbans, lamas, coqs et pinsons. Une merveille de six heures où le cinéma se donne aussi sous son visage le plus ordinaire.