Cinéma: André S. Labarthe ou l’impertinence du hasard

Par

Labarthe était cinéaste. Il était critique de cinéma. Il était écrivain. Il était joueur de pétanque. Il était bien d'autres choses. En particulier et peut-être avant tout, il était un personnage. Ou disons plutôt une création, la sienne. Il est mort lundi 5 mars à 86 ans. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

André S. Labarthe est mort lundi 5 mars. Il avait 86 ans. Il est l'auteur de films de tout type et de toute durée. Plusieurs centaines, personne n'a jamais su combien au juste, surtout pas lui, qui était le dernier à vouloir faire le calcul. Films consacrés à des cinéastes, à des peintres, à des danseurs, des chorégraphes, des écrivains… Portraits de gloires de Hollywood et de génies de la modernité européenne, évocations de Rita Hayworth, de Sylvie Guillem et de William Forsythe. Chroniques, lettres et rébus. Journaux arrangés et carnets de voyage. Petites et grandes choses, essentielles ou futiles… Films-films, aussi et en vérité toujours, qu'une vie suffirait à peine à découvrir tous.