Emmanuel Burdeau

Critique de cinéma. Ancien rédacteur en chef des " Cahiers du cinéma ". Critique pour " Mediapart " depuis 2010.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • «The Big Short»: le film d'Adam McKay rhabille la finance pour l’hiver

    Par
    Extrait de «The Big Short» adaptant un essai de Michael Lewis. Extrait de «The Big Short» adaptant un essai de Michael Lewis.

    Retour sur The Big Short : le Casse du siècle, sorti il y a un mois. L’adaptation réussie par le cinéaste américain Adam McKay du livre de Michael Lewis pose une question qui dépasse le cinéma : quelles images pour décrire, dire et dénoncer les méfaits de la finance ?

  • «Carol»: Todd Haynes et le grain de l'amour

    Par
    Extrait de « Carol » de Todd Haynes © DR Extrait de « Carol » de Todd Haynes © DR

    La passion de deux femmes à New York, au début des années 1950. Dix-huit ans après avoir raconté David Bowie, Todd Haynes filme la magie de la rencontre et l’amour comme un grain, un virus, une maladie de peau.

  • «Les 8 Salopards»: Tarantino et le sang de l'Histoire

    Par
    Kurt Russel et Jennifer Jason Leigh. Kurt Russel et Jennifer Jason Leigh.

    Huit hommes contraints par le froid de partager le même espace. Au milieu d'eux, une femme qu'on s'apprête à pendre. Le deuxième western de Quentin Tarantino ne ressemble pas au premier, Django Unchained : c'est son film le plus noir et le plus négateur, celui aussi où la répétition de sa manière prête le plus à malentendu.

  • A Cannes. Le trésor dérobé de Corneliu Porumboiu

    Par

    Présenté à «Un certain regard», Le Trésor de Corneliu Porumboiu remporte le prix «Un certain talent». Un riche aïeul, Robin des Bois, une cassette rouillée, deux pieds nickelés. Réflexion sur les profondeurs de l'Histoire ou sur les mirages de la surface ? Un beau film, le cinquième d'une œuvre déjà importante.

  • A Cannes. Une visite de Manoel de Oliveira

    Par

    Jeudi soir a été projeté dans le cadre de Cannes Classics le film « posthume » de Manoel de Oliveira, mort à 106 ans début avril. La Visite ou Souvenirs et confessions est un portrait de l'artiste en hôte de sa propre maison. Les enfants, la virginité, les arbres, le cinéma, l'histoire du Portugal. Le grand homme est toujours parmi nous.

  • A Cannes. Miguel Gomes, notre bon génie

    Par

    C'est à la Quinzaine des réalisateurs qu'ont été présentés Les 1 001 Nuits, trois films de Miguel Gomes s'inspirant de Shéhérazade pour raconter la crise portugaise. Fiction, documentaire, turbans, lamas, coqs et pinsons. Une merveille de six heures où le cinéma se donne aussi sous son visage le plus ordinaire.

  • A Cannes. Desplechin en mode redite

    Par

    Présenté à Cannes, Trois Souvenirs de ma jeunesse sort mercredi 20 mai en salles. Arnaud Desplechin revient: sur le passé de deux personnages de Comment je me suis disputé, Paul et Esther; et dans les pas de son propre cinéma. Un retour aux sources ? Une cure de jouvence ? Une redite, plutôt, qui invite à se demander dans quel cercle d'histoires aime à tourner le cinéma français.

  • A Cannes. « Louder than Bombs » se montre peu secouant

    Par

    Troisième long métrage du Norvégien Joachim Trier, avec Isabelle Huppert, Gabriel Byrne et Jesse Eisenberg. Qu'arrive-t-il au cinéma européen, lorsque passant aux États-Unis, il entend aussi parler de la mondialisation des images ? C'est la question du jour. La réponse n'est pas gaie.

  • « Mia Madre », le second souffle de Nanni Moretti

    Par
    Nanni Moretti et Margherita Buy, dans « Mia Madre » Nanni Moretti et Margherita Buy, dans « Mia Madre »

    Mia Madre sort le 2 décembre en salles. Où il est question d'une cinéaste qui tourne un film quand sa mère se meurt lentement à l'hôpital. Rires et larmes. Larmes surtout. Où est passé le Moretti d'antan, agressif et comique ? Disparu. Remplacé par un autre, plus mélo mais peut-être pas moins beau, à bien y regarder. Défense et illustration.

  • « The Lobster », le homard pince-sans-rire

    Par

    The Lobster, du Grec Yorgos Lanthimos, sort aujourd'hui en salle : un hôtel pour trouver l'amour ou être transformé en animal, des célibataires retirés en forêt, des usages mystérieux… En creux, ça parle bien sûr de la Grèce en crise, mais plus largement de sociétés prétendant avoir la main sur tout, y compris sur les affects.