Les «gilets jaunes» à la lumière du mouvement poujadiste

Par

La révolte antifiscale partie du Lot en 1953, sous sa gangue fascisante, comporte des signes émancipateurs. Petit retour. Sans éblouissement illusoire mais sans ce défaitisme intériorisé sur lequel tablent les dominants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il existe une revue, fondée en 1960 autour de Jean Maitron. Elle porte un titre altier, ancré, averti, prometteur, programmatique et qui résume tout : Le Mouvement social. Quand peut-on dire qu’il y a mouvement, social de surcroît ? En 1789, 1830, 1848 et 1871, assurément. En 1968 ? Sans doute, même si l’ébrouement festif de rejetons d’une bourgeoisie dopée aux Trente Glorieuses manqua de sérieux, aux yeux sourcilleux de l’époque – le PCF en l’occurrence, alors arbitre des légitimités séditieuses.