À première vue, c'était l'invention du siècle, le Graal de la biomédecine : lorsqu'ils découvrirent l'article de Woo-suk Hwang sur leur base de données, le 15 mars 2005, les membres du comité éditorial de la revue américaine Science surent tout de suite qu'ils tenaient un scoop «potentiellement explosif». Ils ne s'attendaient pas à ce qu'il le soit autant…