Bosniaque de Serbie portant un prénom slovène, le pianiste Bojan Zulficarpasic – Z pour les paresseux –, est une petite Yougoslavie à lui tout seul. Arrivé à Paris en 1988, il devient très vite un incontournable de la scène jazz française et collabore avec les plus grands, Henri Texier ou Michel Portal. Son nouvel album, Soul Shelter, le second en solo et le huitième sous son nom propre, sort alors que l’on se remémore le vingtième anniversaire du début de la guerre en Bosnie. Il nous fait part de son inquiétude face au délitement du sentiment d’appartenance européenne qui n’est pas sans évoquer pour lui le début de la fin de la Yougoslavie.