Tu n'as rien vu à Vittel

Par
Vittel est une petite station thermale apparemment sans histoire. Développée par quatre générations de la famille Bouloumié, reprise par le Club Med et Nestlé, cette perle des Vosges cache un passé refoulé, qui renvoie aux douleurs métaphoriques du XXe siècle: les camps. Exploration de la mémoire d'un lieu, en plein été comme il ne se doit pas...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est l'histoire d'un proscrit devenu cousu d'or. Louis Bouloumié (1812-1869), ami d'enfance du socialiste Louis Blanc (1811-1882), s'avère fervent républicain, quitte la magistrature pour ne pas avoir à servir, en tant que procureur du Roi, le régime de Louis-Philippe, s'établit comme avocat dans sa ville natale de Rodez, où la révolution de 1848 le comble: le voici capitaine de la garde nationale et cofondateur d'une feuille vibrante, L'Aveyron républicain. Le coup d'Etat du futur Napoléon III, le 2 décembre 1851, fâche Louis Bouloumié, qui s'égosille devant la préfecture: «Vive la Constitution!» Il est jeté en prison avant d'être envoyé en exil à Barcelone et non en Algérie, du fait d'une santé altérée dans les geôles.