Le virus, les vieux et l’impensé

Par

Nombre de décès dans les Ehpad résultent des errements d’un gouvernement qui se montra ensuite surprotecteur, pour faire oublier son cynisme initial. Le destin réservé aux anciens, voilà notre angle mort anthropologique et démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le sort fait aux vieilles gens, au plus fort de la pandémie, doit être appréhendé en un double mouvement contradictoire. D’une part le monde a semblé s’arrêter de tourner pour les préserver ; d’autre part leur sacrifice est apparu patent.