Sony Labou Tansi: créer avec de la boue

Par Claude Mouchard (En attendant Nadeau)

« Une écriture vraie et sale » : c’est ainsi que la chercheuse Céline Gahungu, dans l’essai qu’elle lui consacre, caractérise les écrits de Sony Labou Tansi, extraordinaire auteur congolais par l’imagination poétique, l’intelligence éthico-politique et la puissance de réalisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Vraie et sale », ce sont les mots de Sony que la chercheuse Céline Gahungu reprend. Ce dernier ne veut-il pas une écriture « qui pue le sang » ? Des images non moins féroces s’étaient imposées à son grand aîné, le poète Tchicaya U’ Tamsi, pour dire sa découverte de la poésie de Sony : « Il est venu chez moi sous la forme d’un poème, et ce poème était un étoilement de viande, de sang, de viande déchirée. »