Les Jeux Olympiques du livre

Natation, boxe, tennis, course, football... le sport produit un langage, des légendes, des héros. Tout comme les romans. A l'occasion des J.O. de Londres, cette série se propose, en huit articles thématiques et quelques dizaines de titres, d'analyser leurs liens, leur langue commune. Pour savoir de quoi se nourrit la fiction.

J.O. du livre (1/8) : écrire, c'est sportif

Par

La XXXe édition des Jeux Olympiques modernes s'ouvre à Londres le 27 juillet. Et si le sport ne pouvait se saisir que par la fiction ? André Scala écrit dans Silences de Federer que « pour être, le sport doit être dit et commenté, pas seulement vu et regardé ». Cette série de huit articles, sorte de JO du livre, se propose d'analyser leurs liens, leur langue commune, en quelques dizaines de titres composant un palmarès littéraire sans classement final.
Avec des photos de Raymond Depardon

Les JO du livre (2/8): Plongez, en vrai, dans un roman

Par

Dans l'Antiquité, on disait d'un homme peu instruit il ne sait ni lire ni nager. La natation n'est pas qu'une discipline sportive, elle est une traversée, une leçon, une expérience cosmique, un ailleurs. Pour le deuxième volet de notre série, revue de lignes d'eau et de romans au goût de sel et chlore, en une dizaine de titres qui croisent les techniques : nage indienne dans les cours d'eau français, planche à Tokyo, nage libre, 800 mètres aux JO. Où l'on croise Philippe, l’ancien entraîneur de Laure Manaudou.

JO du livre (3/8) : les romans de la balle jaune

Par

Lorsque le philosophe Gilles Deleuze égrène son abécédaire, il illustre le T par le mot tennis qui, selon lui, n'est pas qu'un jeu ou un sport, mais une « question de style ». Même réflexion chez Serge Daney amateur de tennis, « un match, comme un film, est un petit récit. (…) Un tournoi, c'est déjà un grand récit. Une année de tennis, c'est une vraie saga ». Illustration dans ce “tennis volet”, avec Mathieu Lindon, Lionel Shriver et David Foster Wallace au service. 

JO du livre (4/8): En danseuse, échappées romanesques à bicyclette

Par

On ne compte pas les écrivains amoureux des cycles, de Malaparte déclarant que « la bicyclette, en Italie fait partie du patrimoine artistique national au même titre que la Joconde » à Paul Fournel, en passant par Blondin, Audiard, Cioran, Buzzati (qui suivit le Giro pour le Corriere della Serra) ou Bayon. Parcours d'étape en quelques romans et nouvelles. 

J.O. du livre (5/8) : Short stories, l’auteur et le coureur

Par

« Courir ! S'il existe une activité plus réjouissante, plus euphorisante, qui nourrisse davantage l'imagination, j'ignore laquelle », écrit Joyce Carol Oates. « L'efflorescence mystérieuse du langage semble battre dans notre cerveau au rythme de nos pieds et du balancement de nos bras. » Sur la ligne de départ, marathoniens des mots, sprinters et portraits d'auteurs en coureurs de fond : « La fierté, c'était de courir » (Jean Hatzfeld).

JO du livre (6/8): Les romans du ballon rond

Par

Le football n'est pas qu'un jeu où « tout est compliqué par la présence de l'équipe adverse », pour reprendre le (bon) mot de Jean-Paul Sartre. Il est un système de représentation, un exercice de style mais aussi, l'espace d'une mélancolie fondamentale. Sur le terrain, onze romans et quelques remplaçants d'exception, puisqu'il n'y a pas ici de banc de touche.

JO du livre (7/8) : Romans de cordes et de poings

Par

Hemingway rêvait d'un concours du meilleur écrivain disputé aux poings. Le championnat n'est toujours pas répertorié dans les disciplines olympiques, mais la boxe inspire les écrivains, dont certains, comme Norman Mailer, aspirent au titre de “champion (du monde) d'écriture”. Entre les cordes, des poids lourds — Joyce Carol Oates, Craig Davidson, T. X. Toole —, un Poids léger (Olivier Adam), des femmes et quelques uppercuts pour les lecteurs. 

JO du livre (8/8): Le palmarès de Federer se compte aussi en titres de livres

Par

Même s'il a dû s'incliner à Londres devant le britaninque Murray, l'icône tennistique Roger Federer est en passe de devenir personnage central de la littérature contemporaine, figuration sidérante de la « poésie en mouvement ». Désormais, le palmarès du Suisse s'évalue aussi en titres de livres, de David Foster Wallace à Philippe Roi, en passant par Arno Bertina ou André Scala.