Pourquoi le marché de l’automobile fonce droit dans un mur social et environnemental

Si les constructeurs survivent à l’effondrement des ventes de véhicules neufs, c’est parce qu’ils privilégient des voitures lourdes, sophistiquées et chères. Selon Aurélien Bigo, chercheur sur la transition énergétique des transports, cette stratégie est anti-environnementale, à l’opposé des besoins des ménages, et illustre l’incapacité des autorités à réguler le secteur. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’année 2022 a marqué un « tournant historique » pour le marché automobile français, selon certains experts. Et pour cause : avec 1, 53 million d’unités écoulées, les ventes de véhicules neufs ont enregistré leur plus faible niveau depuis 1974. Si cet effondrement est exceptionnel, il ne constitue pas une surprise et s’inscrit dans la continuité du recul enregistré en 2020 et 2021 – 1,63 million de voitures neuves vendues –, déjà en baisse de 25 % par rapport à 2019. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal