Chez Free, la «guerre» contre SUD

Par

Le syndicat se plaint d’être la cible de pressions dans plusieurs centres d’appels. Trois de ses représentants ont été récemment sanctionnés. La direction dément tout acharnement, mais l’ambiance est tendue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quelques jours d’élections professionnelles qui se dérouleront dans un climat tendu, SUD confirme être devenu une cible pour la direction d’Iliad. Coup sur coup, trois représentants du syndicat ont été visés par des sanctions importantes dans le groupe fondé par Xavier Niel (qui détient la marque Free). Deux d’entre eux ont fait l’objet d’un entretien préalable au licenciement, vendredi 28 octobre.