«The Big Short»: au cœur de la machine infernale qui fit (presque) sauter la planète finance

Par
Dans The Big Short, Michael Lewis raconte l'histoire étonnante de cette poignée d'individus, à la personnalité souvent atypique, qui avaient vu venir de loin la crise financière globale et décidé de battre un système corrompu à son propre jeu. Dans le magma de la production éditoriale sur la crise, ce livre est un vrai joyau.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1990, Michael Lewis publiait le désopilant et prophétique Liar's Poker, lecture obligatoire pour qui cherche à comprendre les origines de la finance moderne et de ses excès. Vingt ans plus tard, il revient sur les lieux du crime, Wall Street, avec The Big Short, moins drôle mais tout aussi essentiel à l'élucidation de la crise financière globale. Car dans cet espace de vingt ans, les «criminels» ont en effet acquis une force de frappe leur permettant de déclencher une réaction en chaîne qui a plongé l'économie mondiale dans la crise la plus grave depuis les années trente du siècle dernier.