Casse financier et casse sociale au Crédit immobilier de France

Par

C'est la fin pour la banque spécialisée dans le financement de l’accession à la propriété de ménages modestes, qui devra se contenter de gérer l'existant jusqu'à extinction des opérations en cours. La garantie apportée par le gouvernement se fait au prix d'un raid sur les fonds propres de l'établissement et annonce des suppressions massives d'emplois. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’extinction du Crédit immobilier de France, décidée par la direction du Trésor avec l’aval du ministre de l’économie et des finances, Pierre Moscovici, représente un « casse » financier sur le portefeuille de prêts et les fonds propres de cet établissement spécialisé dans le financement de l’accession à la propriété de ménages modestes, et l’annonce d’une casse sociale puisque quelque 1 500 salariés au bas mot pourraient perdre leur emploi dans une opération qui réjouira les concurrents du CIF.